Forum des associations 2020

Samedi 5 septembre 2020 s’est tenu le forum des associaitons 2020. Une édition particulière, en plein air, au bois des pins. Une première pour cette manifestation, crise sanitaire oblige.

Les Argelésiens, bien que moins nombreux que les précédentes années sont quand même venus à la rencontre des associations. Des associations dont on ne dira jamais assez la place essentielle qu’elles occupent dans la vie locale. Ce sont elles qui permettent de profiter d’activités adaptées aux envies de chacun, de créer ce lien social si important pour vivre ensemble.

Souhaitons leur une belle rentrée et une année riche d’évènements. Soutenons les, participons à leurs actions.

Patricia Nadal

« Pignon sur Mer » : édition 2020

« Pignon sur mer » a déménagé à Banyuls-sur-Mer ?

Alors que l’édition 2019 s’était déroulée en toute quiétude, indépendance et professionnalisme sur la plage du Racou. Que le public avait répondu présent et que l’image du Racou et particulièrement d’Argelès avait été renforcée dans toute sa biodiversité, nous ne pouvons que nous interroger.

Pourquoi un tel déménagement ? Nous vous tiendrons informés dans les prochains jours. 

Charles Campigna 

Rentrée scolaire 2020

Photos : Didier Hennebelle

Demain 1er septembre 2020, ces établissements vont reprendre vie. Bonne rentrée à tous les élèves d’Argelès-sur-Mer, nous leur souhaitons une année scolaire plus sereine que la précédente.

Espérons aussi que cette rentrée soit un signe fort d’une reprise « normale » ou « quasi normale » de notre vie.

Patricia Nadal

L’actualité du Conseil Municipal : 2 juillet 2020

Parmi les points abordés :

L’exonération partielle de loyer pour le casino

S’agissant d’une conséquence du coronavirus, nous avons demandé si une telle proposition serait faite à l’ensemble des activités concernées et si cette exonération serait étendue en tout en partie aux droits de terrasses. 

Une réponse évasive a été donnée : un courrier a été envoyé à tous, ou sera envoyé. Une réponse globale et cohérente devrait être prise à la fin de saison, en fonction des bilans de l’été.

Le vote des comptes administratifs 2019 du budget principal, du camping, du port, du PAE Néguebous et des lotissements

Un budget de la commune présenté avec un déficit de plus de 3 millions d’euros, une première. Explication de la Municipalité : une erreur d’écriture d’un agent qui a omis un titre de 5,5 millions d’euros !, des recettes 2019 non encore perçues…

Des explications complémentaires ont été demandées, en vain.

En conséquence, impossible de voter favorablement ces comptes qui ne peuvent qu’interroger sur les finances communales.

Sur les hauteurs d’Argelès

Quand on part d’Hendaye pour rallier Banyuls-sur-Mer par le GR10 avec 799 kms dans les jambes, 60 étapes environ et 52 310 m de dénivelé, les paysages sont magnifiques tout au long du voyage.

Cependant, la dernière étape, par le col de l’Ouillat, le Sailfort et la chute à travers les vignes de Banyuls vous offre des paysages à vous couper le souffle.

On domine la plaine de l’Empordà avec en bout le cap Creus catalogne sud et le Roussillon avec au nord les Corbières. Les photos jointes en attestent et ne peuvent qu’inviter à découvrir ces merveilles. 

Charles Campigna

Argelès-sur-Mer et la plaine du Roussillon

Vendanges précoces

Les vignerons Argelésiens s’apprêtent à  remplir leur cave avec une vendange 2020 précoce, après l’un des printemps les plus chauds du 21ème siècle. L’avancée de la végétation oblige à anticiper la date du début des vendanges de trois à quatre semaines environ. 

Le but : éviter d’obtenir des vins trop lourds en alcool, les fortes températures accélérant la concentration en sucre dans les grains de raisin. 

Il y a 40, 50 ans on ne débutait pas les vendanges avant le 10 septembre au plus tôt. Quand on commençait, on ne s’arrêtait pas un seul jour, dimanche compris. On terminait fin septembre, début octobre et certains allaient vendanger sur la Côte Vermeille, particulièrement pour l’élaboration du Banyuls.  

Beaucoup vendangeaient pendant les fêtes de la St Côme St Damien qui, à l’époque, était la fête la plus importante de l’année sur Argelès. 

Le principal souci du XXIè siècle est le réchauffement climatique constant d’année en année avec des étés toujours plus chauds. L’activité humaine y est pour beaucoup. 

Charles Campigna

Vendanges 2020

Personnes Agées : une solitude difficile à supporter

Nous le savons, la moyenne d’âge de la population argelésienne est élevée, beaucoup plus qu’au niveau national.

Cette caractéristique nous oblige à réfléchir sur les actions les plus appropriées à mener auprès de ces Argelésiens et Argelésiennes.

Une des principales difficultés rencontrées est la solitude. Comment lutter contre ce mal qui fait tant souffrir ? En permettant à ces personnes de conserver une vie sociale, à travers des activités adaptées et accessibles, mais aussi en imaginant des structures d’accueil à taille humaine.

Il n’est pas besoin d’EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) supplémentaire, ni de Résidence Autonomie, type Séniorales. Ces structures ont leur utilité, mais ne correspondent pas au besoin actuel d’Argelès. Il n’est en effet pas souhaitable de créer une nouvelle arrivée de personnes âgées sur la commune. Alors, innovons, partageons ces questions avec les personnes concernées, leurs proches, les professionnels du secteur, et ensemble trouvons une solution qui leur convienne.

Patricia Nadal

Une si belle forêt !

Rue Denis Papin, un nouveau programme de logements va prochainement voir le jour. Dans son dépliant, le promoteur précise que ces constructions bénéficieront d’un emplacement exceptionnel, au cœur de la dernière forêt méditerranéenne d’Argelès. 

Faut-il s’en réjouir ou en pleurer ?

Pourquoi blesser cette forêt et porter encore atteinte à nos poumons verts ?

Cette forêt étant la dernière de ce type sur notre territoire, il aurait sans doute été plus opportun de la sauvegarder plutôt que de la livrer à la spéculation immobilière.

Soyons vigilants, défendons notre territoire.

Patricia Nadal

Un premier août presque ordinaire

Samedi premier août 2020, plage Nord, 10h00. La plage s’anime peu à peu, serviettes et parasols prennent place sur le sable. Un début de matinée paisible s’annonce, mais c’est sans compter sur la covid-19 qui s’installe elle aussi sur le sable.

Tout commence doucement, une voix timide demande gentiment : « Monsieur, pouvez-vous déplacer un peu votre serviette pour respecter les 3 mètres ? C’est à cause du coronavirus ». La réponse fuse, peu affable : « Ah oui, et c’est écrit où ? »

Effectivement, ce n’est pas indiqué à l’entrée des plages, dommage. Bien sûr, tout à l’heure, quand le poste de secours commencera sa surveillance, le sauveteur le mentionnera parmi les consignes, mais il faut pouvoir l’entendre, c’est-à-dire être très près et un jour sans vent, et cela ne changera rien pour les personnes déjà en place ou celles qui s’installeront plus tard.

Alors, faute d’être entendue, la femme se déplace, bien que dans son droit. L’homme, bien que ne respectant pas les consignes, reste, fier d’avoir gagné. Bien triste victoire : un mètre de sable contre un risque sanitaire. Il n’aurait peut-être fallu qu’un affichage pour que chacun comprenne que sur le sable aussi, le virus rôde.

C’était pourtant un premier août qui s’annonçait presque ordinaire…

Patricia Nadal

Les agglos, les intercommunalités ou l’indécence politique

Les citoyens sont les grands absents des métropoles, agglos, intercommunalités… La politique citoyenne est escamotée. Des élus veulent tout changer, mais savent avant de commencer qu’ils ne changeront rien, parce qu’ils s’accommodent volontiers de l’éclipse du peuple.

Les politiques menées échappent à des d’objectifs concrets de l’action politique, clairement définis et débattus. Cet ersatz de politique, plus précisément ce petit arrangement entre amis reste empêtré dans les logiques politiciennes. En réalité, la finalité de ces élus est de négocier au mieux quelques subventions pour leur collectivité. Et si, de surcroît, ils peuvent empocher un poste de vice-président bien placé, le tour est joué. 

Toutes ces manigances sont ficelées à l’abri des regards citoyens. Cette méthode a pour effet de paralyser les gros investissements indispensables aux défis de l’avenir sur le plan social, économique, agricole et environnemental. 

Souvent le Président s’accommode bien vite des manoeuvres en huis clos dans son bureau. Si d’aventure, la négociation se montre plus ardue, tout se termine dans un restaurant. Et le Président de mentionner discrètement « je vous invite » oubliant d’ajouter aux frais du contribuable…

Aujourd’hui on en arrive à une totale indécence politique. 

L’élection du Président est la simple résultante de tractations farcies de trahisons, de mensonges et de promesses intenables. 

Souvent le maire de la plus importante commune de l’intercommunalité brigue la présidence. Voilà comment est présenté son projet : « Personne ne sera oublié, faites-moi confiance, la plus petite des communes aura toute mon attention. »  Chèque en blanc : la messe est dite. 

Tout cela au détriment de la métropole, de l’agglo, de l’intercommunalité, de l’intérêt général. 

Et le citoyen a beau gronder, manifester, il paye encore et toujours… Jusqu’à quand ?

Charles Campigna